top of page
  • Photo du rédacteurCécile Mairet

Tapissier de siège, un métier physique et difficile ?

Dernière mise à jour : 5 juin 2023

Nombreuses sont mes nouvelles élèves qui pensent que la tapisserie de siège s’apparente à de la simple déco et peu d’entre elles ont conscience que le métier de tapissier est physique. Pour autant, en ajustant sa position lors du portage des meubles et pendant les étapes de la restauration, le tapissier limite les risques de se blesser ou d’user inutilement ses articulations en travaillant.


Par ailleurs, le métier de tapissier nécessite une force et une dextérité manuelles qui peuvent être facilitées par l’utilisation d’outils spécifiques. Pour débuter une formation de tapissier, on ne vous demandera pas d’être un as du dessin ou de la couture, que vous pourrez facilement maîtriser si vous êtes motivée. Mais pour vous épanouir dans ce métier, vous devez avoir une bonne condition physique et apprendre à économiser votre corps grâce à des astuces de professionnel expérimenté.



Quelle condition physique pour exercer le métier de tapissier de siège ?


Lors de la restauration d’un fauteuil, les étapes successives sont autant de manipulations réalisées dans des positions peu confortables. Le démontage et l’arrachage des agrafes demandent une grande force avant de récupérer la carcasse. Dans certains cas, un ponçage sera nécessaire pour redonner au bois sa jeunesse d’antan, avant d’en recoller certaines parties si besoin. La finition du bois n’exige pas une grande force physique, mais le tapissier est souvent amené à soulever le siège pour le retourner et le traiter dans son ensemble.


L’installation des ressorts et du guindage représente une étape cruciale de la restauration de siège. C’est une partie très physique qu’il faut appréhender avec technique. Pour chasser les mauvaises habitudes, Cécile Mairet insiste sur les bons gestes à acquérir. En forçant mal ou en adoptant des postures inadaptées, vous pourriez vous abîmer le dos ou risquer une lésion musculaire. Être en bonne condition physique pour débuter le métier de tapissier, c’est bien, apprendre à maîtriser les différentes étapes en prenant soin de soi, c’est mieux.



Pour tenir sur le long terme, vous devez muscler vos bras et vos épaules, mais ça viendra tout seul en travaillant la tapisserie de siège. Vous apprendrez aussi à vous organiser pour éviter les manipulations inutiles et les gestes dangereux.


Soigner la position de travail, l’atelier de tapissier, la trousse à outils et… de secours



Quand on parle de position de travail pour la tapisserie de siège, cela évoque d’abord le portage des fauteuils. Pour garder le dos droit, Cécile Mairet s’inspire des femmes africaines qui portent de lourds objets sur leur tête. Elle explique d’ailleurs dans cette vidéo comment donner l’impulsion avec le pied pour soulever un siège et le jucher en hauteur sans fatiguer inutilement les avant-bras et le dos.


Un autre aspect de la pénibilité du métier de tapissier peut être gommé en organisant son atelier avec ingéniosité. Tables à roulettes, tréteaux de tapissier, tabouret réglable en hauteur, il existe des tas de solutions pour limiter les dégâts sur l’ensemble du corps. On évite les positions qui obligent à forcer en se penchant, on utilise des outils spéciaux pour ne pas se faire mal aux mains, et on adapte la hauteur de l’assise et de la table de travail en fonction des tâches à accomplir.


Le tapissier débutant doit penser aux blessures qui vont forcément émailler ses journées. Avec l’expérience, les mains et les bras se musclent, la peau devient plus épaisse, mais les premiers coups de marteau riment souvent avec bobo. Mon Bô Fauteuil vous conseille d’avoir une trousse de secours à portée de main, avec des pansements, un désinfectant et de quoi soulager les courbatures. Au fur et à mesure, le tapissier aguerri s’endurcit et apprend à ménager son corps, qui est aussi un outil de travail.



Se former pour diminuer la charge physique du métier de tapissier


Pour limiter les conséquences du métier de tapissier sur votre santé, il est essentiel de vous former auprès d’un professionnel de la tapisserie. Qui est mieux placé qu’une personne avec des années d’expérience pour vous enseigner les gestes de tapisserie d’ameublement et de siège ? Un artisan avec un savoir-faire et une pratique de longue date, et qui a su se préserver au fil des années, pour exercer son métier avec la même passion qu’au début de sa carrière.



Cécile Mairet a 20 ans de tapisserie derrière elle et toujours le même enthousiasme à enseigner et à pratiquer son métier de tapissier de siège. Elle doit cette longévité à une prise de conscience de la pénibilité du métier et au désir de ne pas en pâtir outre mesure. Avec l’expérience, elle a répertorié des astuces qu’elle dévoile dans ses ateliers et dans ses formations. Elle apprend notamment à ses élèves comment se servir du poids de leur corps pour provoquer de la tension lors du guindage ou de la pose du tissu. Dans un autre registre, elle enseigne aussi comment mettre en place un rythme de travail pour ne pas forcer en permanence sur les mêmes parties du corps.


La fondatrice de Mon Bô Fauteuil vous montre comment procéder à chaque étape de la restauration pour être efficace sans insister sur le dos ou sur les bras. Une multitude de conseils délivrés par la professionnelle vous permettra d’adopter des positions de travail en fonction des différentes tâches à effectuer. Vous apprendrez quels sont les outils les plus intéressants à utiliser et comment éviter de vous blesser en effectuant certains gestes techniques.



Comme dans beaucoup de métiers artisanaux, l’expérience joue énormément dans l’acquisition de gestes sûrs. Puis, avec le temps, vous améliorerez votre lieu de travail pour en faire un atelier de tapissier sécurisé et sur mesure. Chacun a sa manière de travailler, mais pour éviter de reproduire des gestes mal maîtrisés, mieux vaut se former auprès d’un professionnel de la tapisserie.



Si vous envisagez d’apprendre le métier de tapissier, regardez le programme complet de l’école Torii, vous verrez que ces questions de pénibilité y sont largement abordées. Pour durer dans ce genre de métier, il faut prendre les bonnes habitudes dès l’apprentissage !



 

❤️ Cet article t'a plu, n’hésite pas à partager et à laisser en commentaires tes questions et impressions.


Pour avoir accès à toutes les vidéos de Mon Bô Fauteuil, abonne-toi à la chaîne Youtube :






208 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
bottom of page