Un confinement productif pour votre reconversion professionnelle

Mis à jour : juin 11


Delphine m'a contacté à la fin du mois de mars 2020, juste au moment de l'annonce du confinement.

Elle était déconcertée.

Ses projets de reconversion professionnelle venaient de prendre un coup d'en l'aile car tous les centres de formations fermaient et on ne savait pas pour combien de temps !


C'est alors présentée pour elle, l'obligation de réfléchir aux différentes options possibles pour se former à la tapisserie de siège : COMMENT CHOISIR SA FORMATION DE TAPISSIER ?


Après avoir posé le pour et le contre, elle s'est lancée auprès de moi dans un coaching personnalisé.


Delphine Vince, vous raconte ici le début de son aventure :




Premier retour sur mon travail avec Cécile MAIRET, après 6 semaines de formation confinée


Mes doutes, mes craintes avant de démarrer la formation :

J’avais peur qu’une formation à distance, pour un métier manuel, soit très vite limitée. Avec internet et mes livres, j’avais l’impression d’avoir fait un peu le tour de ce que je pouvais apprendre seule.

J’éprouvais le besoin d’être au contact d’un vrai tapissier, dans son atelier, pour voir ses gestes mais aussi « tâter du crin », c’est-à-dire prendre vraiment la mesure des volumes appropriés.

J’avais soif de précision. Je me suis donc inscrite aux ateliers d’une nouvelle tapissière dans mon quartier. Elle-même en reconversion, elle a très envie de transmettre.


Mais le confinement a contrarié mes plans. Comment continuer d'apprendre durant ce temps dont j'allais disposer? Cécile m'a rapidement proposé une solution!



Ce qui m’a convaincu d’essayer la formation « Fauteuils d’antan » :

- Le confinement, je l’avoue ! Je savais que j’allais disposer de beaucoup de temps et je voulais le mettre à profit.

- La proposition de Cécile : une formule plus légère qui me permettrait de faire mes premiers pas avec elle, avant de savoir si j’allais m’engager dans Torii .

- La lourdeur des autres possibilités de formation qui s’ouvraient à moi. Ici, on travaille quand on peut/veut, à son rythme et Cécile n’est jamais très loin !





Aujourd’hui :

Je ne regrette absolument pas ! Voici pourquoi :


1) Les qualités de Cécile :

Cécile a de réelles qualités indispensables à tout formateur :

- Elle est à l’écoute de mes besoins et de ce que je ressens quand je suis en difficulté.

- Elle a une énergie communicative qui permet de ne pas se décourager. Je me sens épaulée, accompagnée. Je suis vraiment débutante et je lui demande parfois un guidage pas à pas, même pour des étapes simples. Je me doute que cela lui demande beaucoup de patience !

- Elle est également très bienveillante et ne manque pas de valoriser mes réussites. C’est essentiel pour avancer !

- Elle n’est pas toute puissante et sait me dire ses limites : si les photos ou le type de tâche effectuée ne lui permettent pas de bien se rendre compte et de donner son avis, elle le dit et on fait toutes les deux avec.

- Elle a une vision de son métier hyper ouverte, dépoussiérée ! Elle n’en donne pas l’image d’un art inaccessible, réservé à de rares élu-e-s, qu’on peut avoir lorsqu’on entre chez certains tapissiers.

- Elle a su mettre en place de nombreux supports pédagogiques de grande qualité pour rendre son savoir-faire accessible. Les vidéos sont très bien faites, on peut y revenir facilement. Elles sont aussi complétées par des documents écrits très éclairants. Cécile n’hésite pas non plus à m’orienter vers les documents ou travaux d’autres tapissiers si cela s’avère nécessaire et ils sont toujours choisis de manière très pertinente.

-Au-delà de son enseignement, je découvre chaque jour un peu plus en Cécile une personne dont les qualités humaines me font penser que j’ai fait une belle rencontre.

2) Le coaching au jour le jour :


Cécile est vraiment très disponible. Bien sûr, c’est parfois frustrant d’attendre sa réponse quelques minutes (voire quelques heures mais c’est plutôt rare). En fait, on s’habitue vite à communiquer avec son prof à tout moment de la journée. C’est un grand luxe !



3) Les rendez-vous hebdomadaires :


Je les apprécie beaucoup. Là-encore, Cécile est très à l’écoute. Elle rebondit sans cesse sur ce que je lui dis, s’adapte et enrichit ma réflexion en m’indiquant des pistes à consulter. Elle sait trouver sa place de coach-formatrice : on parle de tapisserie mais, si c’est nécessaire, elle sait prendre le temps d’écouter ou de faire s’exprimer des problématiques qui relèvent plus de l’humain (manque de confiance en soi, peur des projets, découragement…).



Bilan :


Après ces 6 semaines de travail, j’ai très envie de poursuivre cette formation !

Je crois que je progresse mais ce serait sans doute à Cécile de le dire (moi aussi, je veux mon bilan d’étape !!!).


L’inconvénient majeur, et réel, que représente la distance, m’apparaît aujourd’hui comme générateur d’avantages.


Il oblige à formuler de manière très précise mes difficultés ou les précisions dont j’ai besoin. Or, cet effort de langage me permet de clarifier les notions et de mettre de l’ordre dans mes idées. J’ai l’impression que cela fixe mes apprentissages, les consolide.

Par ailleurs, et même si je trouve cela parfois pénible, me retrouver seule face à certaines embuches, sans réponse immédiate de Cécile, m’oblige à me dépasser : soit j’attends et je n’aime pas ça, soit je cherche, je creuse et je tente une solution.


C’est parfois concluant, une fois Cécile revenue, mais parfois non, et il faut alors recommencer.


Mais je n’ai malgré tout pas perdu mon temps. Cette distance qu’il y a entre Cécile et moi est ici salutaire car elle m’empêche d’adopter la posture passive de l’apprenant qui reçoit et applique.



Elle m’oblige à rester créative et en questionnement. Et apprendre, c’est justement ça !

Le 5 mai 2020,

Delphine VINCE





Delphine a dessiné pour moi les femmes tapissiers du 21ème siècle !




Devenir tapissier, est-ce fait pour vous ?


Commencez dès à présent l'atelier que je vous ai préparé :


77 vues