Rechercher
  • Hari

Interview de Sonia Climent

On dit que le hasard fait parfois bien les choses 😊 !

Partons à la rencontre d’une artiste devenue tapissier de siùge un peu par hasard justement


Sonia Climent a tĂątonnĂ©, essayĂ©, recommencĂ©, puis s’est lancĂ©e
 pour finalement ouvrir un atelier Ă  son image, l’Atelier So Climt.

Elle nous raconte son parcours, nous partage sa philosophie, ses coups de cƓur et ses idĂ©es.


Inspirant ✹ !


So Klimt



Cécile : Sonia Climent, peux-tu te présenter ? Quel est ton parcours et que fais-tu actuellement ?

Sonia : Bonjour ! Je m’appelle Sonia Climent, j’ai 44 ans et j’habite dans les Landes.

Je suis actuellement employée comme conseillÚre sociale dans un organisme de logement social.

J'ai toujours aimĂ© ce qui tourne autour de l'art et de l'artisanat : je peins depuis que j'ai l'Ăąge de 9 ans et j'ai tentĂ© de rentrer en Ă©cole d'architecture aprĂšs mon BAC lorsque j’étais plus jeune mais je n'avais pas Ă©tĂ© prise. J'aime Ă©galement tout ce qui est dĂ©co et bricolage.




C. : Comment t'est venue cette passion pour la tapisserie et les fauteuils ?

S. : Je suis tombée dans la tapisserie de siÚge un peu par hasard au deuxiÚme confinement en octobre 2020 : j'ai acheté un petit fauteuil dans une recyclerie afin de le recouvrir.


Lorsque j'ai commencé à le démonter il est parti dans tous les sens : les ressorts à droite, la toile de jute était complÚtement cramée par le temps
 Tout était à refaire ! Je me suis donc documentée via des tutos sur internet pour essayer de le refaire tant bien que mal.


En fouillant un peu sur le web, j'ai trouvĂ© les formations Mon BĂŽ Fauteuil et j'ai participĂ© Ă  une masterclass oĂč tu prĂ©sentais la formation Torii. Au dĂ©part, j'Ă©tais trĂšs intĂ©ressĂ©e par cette formation mais malheureusement j'habite dans le sud-ouest de la France et cela me paraissait compliquĂ© d'aller jusqu'Ă  Strasbourg pour suivre les stages.

(*Note de CĂ©cile : les stages en prĂ©sentiel complĂštent l’essentiel de la formation qui s’effectue en ligne).

J’ai dĂ©couvert ton guide en ligne sur le fauteuil bridge. Il m’intĂ©ressait beaucoup car j'en avais pas mal Ă  refaire !

Finalement, j'ai optĂ© pour le programme FauteuilS d’antan qui me paraissait plus complet et qui permet de nous apprendre d'autres types de fauteuils au fil du temps. So Wax



C. : Pourquoi ne l'exerces-tu pas Ă  plein temps et comment le vis-tu ?

S. : Je n'ai pas souhaité en faire mon activité principale car j'ai un métier que j'apprécie pour le moment et qui me permet de m'assurer un salaire fixe.

Le travail de tapissier m'intĂ©resse pour le cĂŽtĂ© crĂ©atif, mais je ne me vois pas faire ça Ă  temps complet. La rĂ©fection de fauteuils Ă  la demande des clients, les commandes avec des impĂ©ratifs de dates
 cette partie-lĂ  ne m'intĂ©resse pas ! C'est pourquoi je prĂ©fĂšre exercer ma passion de façon libre et sans contrainte, choisir les fauteuils, les tissus, faire ce qui me plaĂźt et le commercialiser par la suite.



C. : Penses-tu qu'un jour tu feras cette activité à 100 % ?

S. : Pour l'instant je ne me vois pas faire ça Ă  100 % mais peut-ĂȘtre que cela Ă©voluera dans les annĂ©es Ă  venir, je ne sais pas.

Pourtant, j’ai beaucoup de personnes qui me demandent si je fais sur commande. Je pourrais en avoir pour plus d’un an d’activitĂ© !



C. : Avais-tu des compétences particuliÚres, comme la couture par exemple, avant de te décider à te lancer dans la tapisserie ?

S. : Dans le cas de ma formation initiale de conseillĂšre en Ă©conomie sociale et familiale, j'ai effectivement fait de la couture pendant 2 ans lors de mon BTS. C'est quelque chose que j'aime bien et j’ai toujours eu de bonnes notes (18/20 Ă  l’examen 🙂 )


Ma grand-mĂšre est couturiĂšre de mĂ©tier et ma mĂšre s'est Ă©galement mise Ă  la couture. Depuis toute petite, j’ai toujours Ă©tĂ© sensibilisĂ©e aux tissus, aux fils, au choix des boutons
 J’allais Ă  la mercerie avec ma grand-mĂšre : c’est un milieu que je connais dĂ©jĂ , donc je suis peut-ĂȘtre plus sensible par rapport Ă  toutes ces fournitures.



C. : Qu'est ce-qui t'a motivé à chercher une formation et pourquoi en ligne?

S. : Au dĂ©part, j'ai trouvĂ© quelques tutos mais ils n’étaient pas trĂšs clairs ni complets. En plus, certaines personnes font des tutos, mais ne donnent pas leurs astuces
 donc finalement on n’apprend rien.


C'est pour cela que j'ai cherchĂ© une formation. J'avais trouvĂ© une prĂ©paration au CAP de tapissier juste Ă  cĂŽtĂ© de chez moi, mais ça voulait dire cesser mon activitĂ© pendant 9 ou 10 mois pour m’y consacrer. Je n'avais pas les moyens financiers d'arrĂȘter de travailler.



La formation en ligne m'a permis de pouvoir me former Ă  mon rythme, sur mes temps de congĂ©s, de weekends ou de temps partiel : c’est l’idĂ©al pour moi.

So Lemon




C. : Comment as-tu connu Mon BĂŽ Fauteuil ?


S. : « Google est notre ami » ! :) A force de chercher dans le moteur de recherche, j'ai trouvé la formation de Cécile Mon BÎ Fauteuil !

J’ai suivi tout d’abord la Masterclass oĂč tu expliquais le mĂ©tier de tapissier et comment ça pouvait se passer. J'ai assez vite accrochĂ© ! Je te trouve plutĂŽt avenante. Tes explications sont claires : tu sais de quoi tu parles, alors je me suis dit pourquoi pas !



C. : Qu'est-ce qui t'a décidé à faire le programme FauteuilS d'Antan ?

S. : Comme je l'ai dĂ©jĂ  dit plus haut, c'est la formation Torii qui m'intĂ©ressait en premier lieu mais comme j’habite loin et que le financement CPF n’est pas possible, ce n’était pas la bonne solution pour moi.


Du coup la formule FauteuilS d'antan me permettait de pouvoir me former tout d'abord sur les bridges, et d’évoluer ensuite vers l’apprentissage d’autres fauteuils : c’était parfait pour moi.



C. : Qu'est-ce-qui t'a le plus plu dans le programme FauteuilS d'Antan ?


S. : Ce qui m'a le plus plu au départ dans ce programme, c'est vraiment la formation pas à pas avec les détails précis de tout ce qui est à faire et de comment le faire. On a l'impression de t'avoir à cÎté pour nous guider et ça c'est trÚs rassurant.


Ensuite l'idĂ©e de pouvoir dĂ©couvrir de nouveaux fauteuils au fur et Ă  mesure, c’est trĂšs bien aussi. Ça m'a permis de me diversifier, de faire diffĂ©rents styles, de passer du Voltaire au cabriolet


Un petit bĂ©mol toutefois, lorsqu'on bute vraiment sur quelque chose, il serait bien d’avoir quelqu'un Ă  cĂŽtĂ© qui pourrait par moment dĂ©bloquer la situation. Par exemple, mon souci, c'est la pose des clous et c'est vrai que je bataille assez souvent
 Je pense que je ne me positionne pas correctement.



C. : C'est vrai que c'est un point important ! C'est pour ça que nous proposons maintenant un coaching en direct tous les mois, pour aider chaque Ă©lĂšve Ă  dĂ©passer ses points de blocage. C’est un super bonus qui est trĂšs apprĂ©ciĂ© !


S. : Également, proposer en plus de la formation des stages ponctuels d'une semaine avec des dates posĂ©es suffisamment tĂŽt pour qu'on puisse s'organiser au niveau perso, ça pourrait je pense ĂȘtre un plus. Ou alors des stages dĂ©localisĂ©s, en regroupant les diffĂ©rentes personnes qui suivent la formation en fonction des rĂ©gions, mais c'est peut-ĂȘtre plus compliquĂ© Ă  organiser.

So Frida


C. : Pour les stages
 on y travaille 😉 ... mais surprise ! Je vous en dis plus dans quelque temps ! Concernant ta progression, peux-tu nous dire comment tu es parvenue oĂč tu en es grĂące Ă  FauteuilS d’Antan ?


S. : Le programme est vraiment trĂšs clair, je trouve que les explications et les pas Ă  pas vraiment trĂšs trĂšs intĂ©ressants. En plus, on peut revenir dessus autant de fois qu’on le souhaite.

Quand j'ai des doutes sur « comment je coupe ce tissu, est-ce que je vais tout droit, est-ce que je vais de biais ? », je reprends la vidĂ©o pour vĂ©rifier avant de faire une bĂȘtise. Je trouve ça gĂ©nial, ça me permet de refaire tous les fauteuils de la maison et d'en faire pour la famille.


Et puis Ă  un moment, j’ai achetĂ© des fauteuils pour les refaire, sans forcĂ©ment de but prĂ©cis, juste parce que ça m’éclate et que j’y prends beaucoup de plaisir. C’est une vraie passion.

Mais on ne peut pas pousser les murs de sa maison
 ! Donc c'est vrai que l'idĂ©e de les vendre m’est venue, sans trop savoir si ça pouvait fonctionner ou plaire.

Autour de moi tout le monde me disait que ce que je faisais était sympa, qu'il fallait que j'y aille. Alors je me suis lancée en auto-entrepreneur pour pouvoir vendre mes fauteuils dans les rÚgles.


J'ai donc commencĂ© mon activitĂ© fin novembre 2021, avec un marchĂ© des artisans au mois de dĂ©cembre : j’ai vendu mon premier fauteuil et deux coussins !

Depuis, j'ai eu la chance de pouvoir mettre deux fauteuils dans une boutique de créateurs dans le centre-ville. Et prochainement, je vais avoir un autre partenariat avec un magasin de rénovation de meubles chez qui je vais aussi déposer mes fauteuils.




C. : Pourquoi as-tu appelé ton atelier "Atelier So Climt " ?


S. : J'ai toujours été une fan inconditionnelle du peintre Klimt et depuis toute petite je signe mes toiles Climt mais avec un C et non un K. C'était donc un peu une évidence de pouvoir appeler mon atelier Climt et le So est venu tout simplement pour Sonia et Climt pour Climent.

Ensuite j'ai nommĂ© mes fauteuils So british, So wax
 C'Ă©tait un peu une Ă©vidence, ça s’est fait comme ça !



C. : Comment et oĂč choisis-tu tes tissus ?


S. : Pour mes tissus, j'ai la chance d'avoir deux magasins de tissus prĂšs de chez moi qui font de trĂšs beaux tissus d'ameublement.

Beaucoup sont de la marque “Maison ThĂ©venon” et je dois avouer que j'essaie de ne pas y aller trop souvent car je craque trĂšs facilement.

Je choisis mes tissus au coup de cƓur, il n’y a pas de rĂšgles, pas de couleur, pas de code Ă©tabli. Je vais dans le magasin, je flashe sur un tissu
 J'achĂšte trĂšs souvent mon tissu avant mĂȘme d'avoir le fauteuil, sans forcĂ©ment savoir ce que je vais faire avec
 Mais je sais que je vais en faire quelque chose ! Ensuite, quand je vois le fauteuil, je sais que tel tissu va aller avec. Parfois je change d'avis au dernier moment, parce que je trouve dans mon stock un autre tissu que j'avais oubliĂ© !



C. : Tes fauteuils, chaises, me font penser à des pages de livres illustrés : ils racontent une histoire à l'instar de ton modÚle So Alice in Wonderland. Tu es également peintre. La tapisserie te permet-elle de concilier ces deux passions ?

S. : Oui, je suis toujours trÚs inspirée par rapport aux artistes peintres. C'est vrai que beaucoup de mes tissus me font penser à des toiles de peintres et je craque facilement là-dessus.


Je pense que c'est intimement liĂ© au choix des couleurs, des matiĂšres, le mĂ©lange que l'on peut faire
 Ça peut effectivement avoir un lien. Je continue ma passion pour la tapisserie et je continue Ă  peindre Ă©galement .


Je pense qu’artistes et artisans sont liĂ©s, et l’un va avec l‘autre.






So Khalo



C. : Recommanderais-tu ce programme, et pourquoi ?


S. : Oui tout Ă  fait, je recommanderai vraiment cette formation. J'y ai vraiment appris plein de choses ! Je pense que sans cette formation, je ne serais pas arrivĂ©e lĂ  oĂč j’en suis aujourd'hui.


J'ai encore du chemin Ă  parcourir : je n'ai pas fait tous les modĂšles de fauteuils qui existent notamment le cocktail, mais la formation m’a permis de faire de ma passion un complĂ©ment d'activitĂ© qui me procure beaucoup de plaisir et qui me permet Ă©galement de rencontrer pleins de personnes dans le monde professionnel de l'artisanat, du commerce
 je suis trĂšs contente d'ĂȘtre arrivĂ©e lĂ  oĂč j'en suis aujourd'hui !


So Factory



Ce tĂ©moignage me conforte dans l’idĂ©e qu’« impossible n’existe pas », et dans l’intĂ©rĂȘt d’avoir crĂ©Ă© une palette d'outils suffisamment large pour accompagner celles qui souhaitent vivre leur vie crĂ©ative tout simplement ou changer de vie carrĂ©ment !


Et je ne compte pas m’arrĂȘter lĂ  bien entendu (mais tu l’auras compris plus haut)😊 !


DĂ©couvrir la tapisserie de siĂšges, se perfectionner ou se professionnaliser c’est possible pour tous, Ă  tout moment.

Si cela te parle, il y a certainement un programme fait pour toi chez Mon BĂŽ Fauteuil.


Pour ne rien louper de l’actualitĂ© de Mon BĂŽ Fauteuil retrouve nous sur :


Les jolies créations de Sonia, Atelier So Climt sont à découvrir :


Les tissus de Maison Thévenon sont à retrouver sur leur site.


📾 : Sonia Climent




321 vues0 commentaire