Rechercher
  • Cécile Mairet

Comment bien aménager son atelier de tapissier ? Incontournables et astuces.


Tu veux aménager ton atelier de tapissier ? Tu travailles chez toi et tu as peu de place et aimerais optimiser l’espace ? C’est une bonne initiative, car il est fondamental de travailler dans un environnement adapté, organisé et propice à la concentration. L’objectif premier est de se faciliter la vie, et donc aussi de ne pas perdre de temps. Tu dois pouvoir te centrer sur ton ouvrage et non partir à la recherche de matériel toutes les 3 min, le tout dans l’obscurité et la poussière ! Je te livre ici des astuces qui pourront te donner des idées en fonction de tes besoins, de ta manière de travailler et de ton espace.


1) Opter pour la bonne table de travail


La table de travail est la base de l’aménagement de ton atelier. Il faut la choisir soigneusement. Tu ne peux pas être efficace sur un meuble trop petit, branlant ou mal équipé. Ton espace de travail doit être solide et sécurisé. Pour cela, tu peux acheter un meuble tout fait ou le construire. Il y a plusieurs pistes pour en trouver/fabriquer un que je te dévoile ci-dessous. Quoiqu’il en soit, veille à ce qu’il soit assez grand. En effet, tu dois pouvoir couper sur ton plan de travail de grandes largeurs de tissu pour tapisser tes sièges. Celles-ci font 140 cm de large au minimum donc ta table devra au moins avoir 1 laize de tissu de largeur pour que tu puisses y œuvrer confortablement.


– La table de salon de ta grand-mère


Tu peux trouver dans des brocantes ou sur leboncoin de grandes tables en bois avec rallonge. Elles sont solides, pratiques et en général peu chères. Le seul hic est leur poids. Pour cela, pour pouvoir y travailler agréablement, il faut les hisser sur des roulettes avec frein de sécurité. Ainsi, tu pourras la déplacer au gré de tes besoins, mais aussi la bloquer.


– Les différents tréteaux


Les tréteaux sont les incontournables du mobilier d’un atelier. Ils fonctionnent par paire et accueillent un plan de travail. Pour ce dernier, tu peux par exemple récupérer une porte ou plus classiquement faire couper un plan de travail dans un magasin de bricolage. Il doit être suffisamment épais pour être solide. Par ailleurs, l’idéal serait de choisir des tréteaux qui montent et descendent, car tu auras des sièges plus ou moins hauts à traiter. Il est possible aussi d’en fabriquer une paire spécialement pour ton usage. Dans ce cas, chacun aura une goulotte dans son centre pour que tu puisses y loger les pieds de tes fauteuils qui ne bougeront plus. C’est parfait pour travailler autour sereinement.


– Le lit médicalisé ou la table de kiné


Ils sont idéals pour ton travail. Grâce à leurs réglages de position, ils montent et descendent, parfois à l’aide d’une télécommande. Pour couronner le tout, ils sont roulants. Tu y ajoutes un plan de travail adapté, et le tour est joué. Tu peux en trouver en occasion autour de 50 € sur leboncoin ou ailleurs.




2) Miser sur l’espace au mur


Si tu as ton atelier à la maison, ou ailleurs, tu n’as pas forcément beaucoup de place. L’idéal est d’exploiter aussi bien la surface au sol que celle de tes murs. Ceux-ci sont les supports de beaucoup de solutions ingénieuses pour gagner de l’espace. Alors si tes plafonds sont hauts, c’est encore mieux, tu vas pouvoir y installer de nombreuses choses.

Par exemple, toutes tes carcasses de fauteuil en préparation et ton matériel peuvent y être accrochés. Tu peux le faire à l’aide de crochets de type porte-vélo. On les trouve en magasin de bricolage. Bien fixés au mur avec un coup de perceuse et des vis solides, ils sont très résistants et tu pourras donc y mettre beaucoup d’éléments, et même des lourds. Et en plus d’être très pratiques, ton atelier aura beaucoup de cachet grâce à eux ! Tout ce dont tu as besoin sera sous tes yeux, à portée de main. Pour les crochets les plus élevés, tu peux d’ailleurs installer un système de poulie.



3) Mille-et-une étagères


On peut bien entendu fixer au mur des étagères ouvertes ou fermées ou des placards. Ils te permettent de ranger tes outils, et de les mettre hors de portée des enfants. Pour les monter, fixe-les sur la partie haute des murs de l’atelier. Ainsi tu pourras placer d’autres meubles en dessous. Pour qu’ils tiennent le coup, évite d’y placer des choses dépassant 5 kg. II est possible également d’accrocher des panneaux perforés dans lesquels tu fiches grâce à de petits crochets des paniers grillagés ou des mini-étagères sur lesquelles tu installeras tes principaux outils pour les avoir à portée de vue et de main. Les palettes sont aussi une idée. Elles te permettent de créer des étagères fonctionnelles bien pratiques et peu couteuses.

Sur les étagères tu peux poser des caisses en plastique pour classer ton matériel par exemple les ressorts de différentes tailles. Cela t’évitera de chercher un modèle particulier entremêlé avec un autre d’une autre dimension… Chronophage et très énervant !




Il est possible aussi d’exploiter les étagères d’une autre manière: As-tu pensé au dessous de ta table de travail ? Tu peux glisser sous son plan de travail plusieurs meubles étagères achetés dans un grand magasin d’ameublement.

Ils sont fixés sur une planche de la taille de ton plan de travail, ou légèrement inférieure, sous laquelle tu visses des roulettes. Celles-ci intègrent idéalement des freins de sécurité. Le résultat : un meuble dans lequel tu peux mettre tous tes échantillons, outils, etc. Tu peux circuler autour, le déplacer. Il te suffira de bouger cette table très fonctionnelle près des rangements dédiés pour travailler.




4) Trouver un meuble dévidoir


Il y a des meubles qui peuvent te faciliter la vie au quotidien dans ton atelier. Le meuble dévidoir en fait partie. Il te permet d’entreposer tes différentes toiles, ouates, etc. Tu peux y installer tes rouleaux et cerise sur le gâteau, tu peux le mettre sur roulettes. Ainsi il peut répondre à tes besoins au fil de tes déplacements.


5) Prévoir une ergonomie étudiée


Un atelier de tapissier, comme tout autre artisan, doit être bien organisé. Pour cela, il est bon d’y distinguer 3 zones bien définies :

  • la zone du « sale », sur laquelle tu décapes, dégarnis, etc. ;

  • la zone du propre qui accueille tes travaux de peinture, de couture, etc. ;

  • la zone du stockage qui réunit l’ensemble de tes fournitures. Elle utilise l’espace de ton atelier de haut en bas au maximum.


6) Assurer un bon éclairage


Sans un éclairage suffisant, tu ne feras pas du bon boulot. Fatigue et imprécision seront au rendez-vous. Il te faut un éclairage réparti uniformément qui sera complété avec des sources focalisées (lampes articulées, spots, etc.). Le positionnement du dispositif est important, car il doit éviter les ombres tout en n’éblouissant pas. Rien de pire que de travailler avec l’ombre de sa tête sur son plan de travail !


7) Prévoir une bonne aération


Au même titre que la lumière, l’aération est un des éléments participant au confort dans ton atelier. Si tu en manques, tu peux peut-être mettre en place de nouvelles fenêtres, ce qui aura l’avantage d’apporter encore plus de lumière naturelle. L’aération est d’autant plus indispensable dans le cas où tu utilises des produits chimiques comme des vernis, des colles, etc. Tu peux aussi t’équiper de certains outils comme un aspirateur à copeaux pour faire place nette quand tu décapes ses sièges.


8) Pensez à un sol adapté


Tu vas manipuler de nombreuses choses dans ton atelier et beaucoup te déplacer. Si tu peux choisir, évite les revêtements de sol trop fragiles ou glissants. Le béton, ou encore mieux le PVC sont costauds. Ce dernier, en dalles, s’installe très rapidement et est d’un entretien très facile. Tu peux aussi protéger tes sols en mettant une protection sous ta table de travail ou ailleurs selon les endroits où tu risques de le choquer.



9) Ne pas négliger les isolations


Pour ne pas être frigorifiée en hiver et mourir de chaud en été, tu as tout intérêt à soigner l’isolation de ton local. S’il est dans ta maison, tout va bien, s’il est dans une dépendance extérieure, il va falloir s’en occuper. Par ailleurs, le bruit de ton activité, si elle est dans ton lieu de vie, peut incommoder ta famille ou ton voisinage. Tu peux renforcer l’isolation phonique si tel est le cas. Pour commencer, tu peux changer les joints out au long des portes et des fenêtres.


10) Préserver son espace


Si tu travailles chez toi, il ne faut pas que ton atelier se transforme en moulin… Il est indispensable que tu puisses te concentrer plusieurs heures d’affilée, que personne ne vienne te déranger. Pour cela, tu peux procéder de différentes manières : fermeture à clé, écriteau ou lumière rouge à l’entrée, etc.


Aménager pertinemment son atelier de tapissier est une nécessité et un vrai plaisir. Bien organisé, il est gage de concentration, d’efficacité et de sérénité. Pour cela, il requiert de se poser les bonnes questions sur ses gestes du quotidien. L’aménager c’est se projeter dans son activité. Si tu veux en savoir plus en vidéo, jette un œil à celle-ci : https://www.youtube.com/watch?v=ygfsrSOPA8Y/?sub_confirmation=1



109 vues0 commentaire